Category Archives: Communiqués

Communiqués Dernières éditions

DJIBOUTI – DÉCLARATION DE LA PLATEFORME PANAFRICAINE 31122015 (31-12-15)

Published by:

Document format PDF : DJIBOUTI – DECLARATION DE LA PLATEFORME PANAFRICAINE 31122015

DJIBOUTI : LA PLATEFORME PANAFRICAINE EXIGE LA LIBERATION IMMEDIATE DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES ET LE RESPECT DES DROITS DE L’OPPOSITION POLITIQUE

Dans la suite logique de sa volonté de « Présidence à vie », le président djiboutien, Ismaël Omar Guelleh, après avoir modifié la constitution en octobre 2010, brigue, quoi qu’il en coûte au peuple djiboutien, un quatrième mandat.

Le contexte sécuritaire international particulièrement tendu de ces dernières semaines suite à différents attentats terroristes a été le prétexte de la prise d’un décret en date du 25 novembre 2015 instaurant l’Etat d’urgence à Djibouti. Après avoir pris le soin d’exclure les députés de l’opposition du « débat parlementaire » et même de l’hémicycle, une loi a été adoptée manu militari ce 30 décembre 2015 par une « assemblée nationale » soumise à l’Exécutif djiboutien.

Cette manoeuvre politicienne traduit la volonté de Ismaël Oumar Guelleh de mettre au pas et dans les rangs tous les citoyens djiboutiens considérés comme « contestataires », de museler l’opposition et d’empêcher toute possibilité d’envisager une alternative politique à son régime dictatorial.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la récente escalade répressive contre les leaders, les militants et les sympathisants de l’opposition politique djiboutienne, regroupée au sein de l’Union pour le Salut National (USN). Comme en attestent les faits graves suivants :

* la police a tiré à balles réelles le lundi 21 décembre sur les participants d’une réunion privée dans la ville de Balbala, en périphérie de Djibouti ville, provoquant vingt-cinq morts et près de 150 blessées. Les personnes visées étaient les membres de la communauté Issa/Yonis Moussa venus célébrer une cérémonie culturelle,

* Le même jour, Abdourahman Mohamed Guelleh dit TX, secrétaire général de l’USN, a été arrêté au cours d’un assaut sanglant mené au domicile du délégué de l’USN aux relations extérieures où se tenait la réunion du haut conseil de l’USN et a ensuite été torturé avec d’autres militants de l’USN, avant d’être incarcéré à la prison de Gabode,

* Le président de l’USN Mr Ahmed Youssouf Houmed a été gravement blessé et souffre d’une fracture au col du fémur, l’ancien ministre Mr Hamoud Abdi Souldan et le député USN Saïd Houssein Robleh ont également été blessés au cours de l’assaut. Ils sont depuis lors tous les trois hospitalisés à l’hôpital militaire français Bouffard.

Aux dernières nouvelles, deux des trois blessés ont été sortis de l’hôpital pour être interrogés par la police. Par la suite, l’un a été placé en liberté provisoire et l’autre emprisonné. Le troisième blessé, Monsieur Ahmed Youssouf Houmed, président de l’USN, entame sa convalescence à l’hôpital après une opération du col du fémur.

Assuré de l’impunité de ses actes liberticides grâce à la connivence de son régime avec les puissances étrangères (France, Etats Unis, Japon, Chine) qui y font prospérer leurs intérêts (à travers notamment l’installation de bases militaires), le président djiboutien renie ainsi les termes de l’accord-cadre signé avec l’opposition le 30 décembre 2014 portant sur des « réformes démocratiques » qui prévoient, entre autres, la mise en place d’une Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et l’adoption d’un statut de l’opposition politique djiboutienne.

C’est ce qui explique qu’actuellement, seul le département d’État américain ait condamné le gouvernement djiboutien sur le massacre de Buldhuqo et demandé la libération immédiate des militants et dirigeants USN arrêtés.

En vue de stopper cette escalade répressive et de contribuer à rétablir un ordre respectueux des droits humains à Djibouti, La Plateforme Panafricaine, élève une vive protestation contre tous les actes barbares perpétrés par le régime du président Ismaël Oumar Guelleh à l’encontre des opposants djiboutiens et demande instamment à l’Union africaine de s’impliquer plus activement en vue de faire appliquer l’accord-cadre sur les réformes démocratiques signé le 30 décembre 2014 entre l’opposition et le gouvernement djiboutien. Pour la Plateforme Panafricaine Le Bureau Exécutif Fait à Paris, le 31 décembre 2015.

Pour la Plateforme Panafricaine

Le Bureau Exécutif

Fait à Paris, le 31 décembre 2015.

Audios Communiqués Dernières éditions Videos

Déclaration solennelle en langue somalie du président par intérim de l’USN, Omar Elmi Khaireh, sur la mise à mort de l’accord-cadre du 30 décembre 2014 par le gouvernement (31-12-15)

Published by:

[Accord-cadre USN/Gouvernement] : Déclaration solennelle du président par intérim, Omar Elmi Khaireh, sur la mise à mort de l’accord-cadre du 30 décembre 2014 par le gouvernement.Bonne écoute

Posté par Union pour le Salut National – USN sur jeudi 31 décembre 2015

Communiqués Dernières éditions

DJIBOUTI : La gestion d’Omar Guelleh très critiquée par le FMI (Afrique Education, 30-12-15)

Published by:

Le Fonds monétaire international (FMI), dans un communiqué publié mardi, 29 décembre, a tiré la sonnette d’alarme sur la hausse continue de la dette publique de Djibouti et de son déficit budgétaire.

« Les dépenses liées aux investissements publics exercent des pressions considérables sur le budget et la dette extérieure », ont averti les analystes du FMI.

Selon leur conclusion, le déficit budgétaire devrait, en effet, culminer, à 16,5% du PIB contre 12,2%, en 2014, tandis que la dette publique se situerait …à 80% du PIB, en 2017 contre 60,5 %, à la fin de l’année écoulée. La dégradation de la situation financière du pays est, donc, nette et ne fait l’objet d’aucune contestation.Tous les analystes sont unanimes sur le fait que la gestion du président, Ismaël Omar Guelleh, est catastrophique.

Le communiqué du FMI a mis, également, en garde, les autorités djiboutiennes contre une envolée des prêts non-performants qui, selon lui, grèveraient le secteur bancaire djiboutien.

Omar Guelleh se prépare, activement, pour gagner l’élection présidentielle prévue dans quatre mois. Une véritable chasse à l’homme est, actuellement, menée contre l’opposition qui a enregistré une trentaine de personnes tuées, très souvent, par balle, la semaine dernière, tuerie qui avait entraîné la condamnation et la réprobation de la communauté internationale. Mais Guelleh n’en a cure. Il n’a, même, pas présenté les condoléances aux familles endeuillées. Quel chef d’Etat rassembleur !

Djibouti, en cette fin d’année 2015, est sur une très mauvaise pente.

Source : afriqueducation.com

Communiqués Dernières éditions Photos Videos

Compte rendu et photos de la manifestation de la diaspora djiboutienne devant l’ambassade de Djibouti à Bruxelles (30-12-15)

Published by:

Compte rendu de L’Usn Belgique.

Une grande manifestation de la diaspora djiboutienne devant l’ambassade de Djibouti à Bruxelles.

Suite à l’appel à manifester lancée par L’Usn de Belgique ce 30 décembre 2015, une grande manifestation s’est tenue devant la chancellerie djiboutienne à Bruxelles.
Une manifestation à laquelle toutes les forces vives de l’opposition djiboutienne ainsi que la société civile ont répondu présent.
Il a été dénoncé au cours de ce rassemblement de plusieurs centaines de compatriotes écoeurés et horrifiés par les récentes massacre et répressions de la dictature :
-Le carnage du 21 Décembre 2015 de Buldhuqo (Balbala)
-La répression aveugle qui continue de s’abattre sur les victimes.
-Les tentatives d’assassinats des leaders politiques de L’Usn.
-Les arrestations du S -G de L’Usn, Abdourahman Mohamed Guelleh dit TX, du fervent défenseur des Droits Humains, Omar Ali Ewado et des civils.

Il a été exigé :
-La libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers politiques et des personnes injustement détenues à ce jour dans les différentes geôles de la dictature djiboutienne.

-L’ouverture d’une enquête internationale pour faire toute la lumière sur le massacre de Buldhuqo et traduire les vrais coupables devant une justice impartiale.

– Le départ immediat du dictateur Guelleh qui s’apprête à briguer un 4e Mandat.

Enfin, la diaspora djiboutienne de Belgique encourage ses compatriotes aux pays où à l’étranger à agir de manière commune pour venir à bout de cette dictature et envisage de poursuivre une plainte collective des djiboutiens devant les différentes juridictions internationales.

Vive la liberté !
Vive la démocratie !
Vive le peuple Djiboutien uni!
Vive la diaspora djiboutienne dans le monde !

L’équipe de L’USN-Belgique

Communiqués Dernières éditions

Communiqué du Parti de Gauche : IOG massacre son opposition sous les yeux indifférents de la communauté internationale (30-12-15)

Published by:

Mercredi 30 Décembre 2015

  Pierre Boutry – président de la commission Afrique du Parti de Gauche

Le Président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh (IOG, au pouvoir depuis 1999) qui brigue un quatrième mandat en muselant l’opposition regroupée dans une Union pour le Salut National (USN) a profité des attentats de Paris pour décréter un état d’urgence.

Rappelons que la victoire aux élections législatives de février 2013 était acquise à l’USN mais que cette victoire lui a été dérobée par la pouvoir. L’USN avait accepté de signer en décembre 2014 un accord-cadre portant notamment sur des « réformes démocratiques » qui prévoyaient, entre autres, l’établissement d’une Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A quatre mois des élections présidentielles prévues en avril 2016, ces réformes sont au point mort.

A cela s’ajoute une répression croissante contre les membres et dirigeants de la coalition USN soupçonnés de vouloir organiser des rassemblements. Une quarantaine de militants de l’USN et simples sympathisants sont détenus entre les prisons de Gabode et Nagad à Djibouti-ville depuis le décret du 25 novembre 2015 interdisant tout rassemblement pendant deux mois soi-disant pour mesure de sécurité. Le 14 décembre Daher Ahmed Farah, porte-parole de l’USN et président du MRD, a été arrêté près de son domicile, alors qu’il se rendait au palais de justice pour soutenir de jeunes démocrates arrêtés aussi.

La police a ouvert le feu lundi 21 décembre sur les participants d’une réunion privée dans la ville de Balbala, en périphérie de Djibouti ville. Vingt-cinq personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées. Les personnes visées seraient les membres de la communauté Yonis Moussa venus célébrer une cérémonie traditionnelle culturelle.

Mr Abdourahman TX a été arrêté au cours de l’assaut sanglant qui a été mené dans la maison où se tenait la réunion du haut conseil de l’USN lundi 21 décembre et il a ensuite été torturé ainsi que d’autres militants selon la Ligue Djiboutienne des Droits Humains. Le président de l’USN Mr Ahmed Youssouf Houmed a été gravement blessé et souffre d’une fracture au col du fémur, l’ancien ministre Mr Hamoud Abdi Souldan ainsi que le jeune député USN Saïd Houssein Robleh ont tous été blessés au cours de cet assaut et sont hospitalisés à l’hôpital militaire français Bouffard. Mais depuis hier, la police Djiboutienne mène un siège devant l’hôpital Bouffard et veut récupérer les trois blessés MMr Youssouf, Hamoud et Houssein pour interrogatoire.

Il y a là, incontestablement une dérive de la garde à vue : la torture, la prison et le massacre sont devenus le programme du régime d’IOG, pour faire passer en force son quatrième mandat.

IOG se croit fort des appuis internationaux que lui confèrent de nombreuses bases militaires internationales installées à Djibouti (Etats-Unis, France, Allemagne, Italie, Japon, et désormais Chine) mais c’est aussi son point faible si la communauté internationale conditionne le paiement des loyers de ces bases au respect des droits démocratiques.

Le Parti de gauche s’inquiète du sort réservé aux responsables de l’USN et dénonce avec vigueur l’indifférence du gouvernement français face au cycle de la répression.

Le Parti de gauche exige du gouvernement français qu’en raison de l’ancienneté des liens entre Djbouti et la France, il prenne la tête d’une initiative internationale afin de faire pression sur IOG.

Source : lepartidegauche.fr

– See more at: https://www.lepartidegauche.fr/communique/djibouti-iog-massacre-son-opposition-sous-les-yeux-indifferents-la-communaute-internationale-33980?utm_content=buffer6d6a9&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer#sthash.IRLMHeBs.dpuf