Category Archives: Communiqués

Communiqués Dernières éditions

Communiqué EELV. Djibouti : stopper l’escalade meurtrière, impliquer la communauté internationale

Published by:

logo eelv

Europe Ecologie les Verts alerte vivement les autorités françaises et européennes sur les graves violences politiques en cours à Djibouti.

Depuis le début du mois de décembre, une escalade répressive vise notamment les militants et responsables de la coalition d’opposition dite Union de Salut National (USN). Cette escalade a connu un épisode particulièrement sanglant lundi 21 décembre : la répression meurtrière d’une cérémonie traditionnelle à Balbala dans la périphérie immédiate de Djibouti­ville, a fait selon la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H), au moins 37 morts et plus de 150 blessées par balles. En réaction, une réunion des principaux responsables de l’USN a été interrompue par les forces de l’ordre qui ont tiré à balles réelles et frappé plusieurs participants.

EELV s’inquiète notamment du sort du député Saïd Housein Robleh, très grièvement atteint,  du président de l’USN Ahmed Youssouf Houmed, également blessé, et du porte­-parole de l’USN Daher Ahmed Farah, victime d’un harcèlement policier particulièrement dur, d’autres étant en détention ou assignés à résidence.

Après avoir revendiqué, preuves à l’appui, la victoire aux élections législatives de février 2013, l’USN avait accepté de signer en décembre 2014 un accord­cadre portant notamment sur des « réformes démocratiques » qui prévoyaient, entre autres, l’établissement d’une Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A quatre mois des élections présidentielles prévues en avril 2016, ces réformes sont au point mort. Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh (au pouvoir depuis 1999) a, au contraire, profité des attentats de Paris pour décréter un état d’urgence, dont le but était de museler encore plus l’opposition. Fort des appuis internationaux que lui confèrent de nombreuses bases militaires internationales (Etats­Unis, France, Allemagne, Italie, Japon, et désormais Chine), il brigue un quatrième mandat en muselant l’opposition de façon meurtrière.

Dans ce contexte, EELV :

• ­ demande au gouvernement français de déposer une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour dénoncer la répression politique à Djibouti et missionner une enquête internationale visant à en déterminer les responsabilités ;

• ­ demande aux gouvernements européens qui disposent d’un accès militaire à Djibouti d’agir conjointement pour conditionner le paiement du loyer de leurs bases militaires à l’effectivité des réformes démocratiques ;

• ­ demande à la communauté internationale de s’impliquer pour renouer le fil d’un dialogue politique non ­violent à Djibouti, en vue de réformes démocratiques effectives et d’élections présidentielles sincères.

Djibouti, petit pays de la corne d’Afrique, souffre de sa relative faiblesse au regard d’une situation géopolitique stratégique.

EELV rappelle qu’il est de l’intérêt et de la responsabilité des pays présents et de la communauté internationale en général, d’éviter qu’aux maux économiques (mauvaise gestion, corruption massive,…) et sociaux (taux de pauvreté relative de près de 80%, taux de chômage dépassant les 50%,…) s’ajoute une crise politique meurtrière. Et qu’il faut, au contraire, accompagner Djibouti vers un développement durable, tant économique que social et politique, gage de mieux ­être pour la population et de stabilité pour une région déjà menacée.

Julien Bayou, Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux

Communiqués Dernières éditions

Déclaration du Porte-Parole de l’Union Européenne sur la situation politique à Djibouti (23/12/15)

Published by:

« Les épisodes de violences intervenus à Djibouti ces derniers jours présentent un défi pour les autorités djiboutiennes. Il est important que toute la lumière soit faite sur ces évènements et leurs responsables poursuivis. L’UE présente ses condoléances aux familles des victimes.

Un an après la signature de l’accord-cadre du 30 décembre 2014 entre le gouvernement et l’opposition, activement soutenu par l’UE, l’essentiel de cet accord reste encore à mettre en œuvre.  Cela permettrait de renforcer la paix civile, d’ouvrir la voie à des réformes démocratiques et à une consolidation de l’Etat de droit, en particulier par la mise en place de mécanismes garantissant la transparence du processus électoral.

L’UE appelle l’ensemble des forces politiques djiboutiennes à respecter l’Etat de droit, y compris le droit de manifestation pacifique, et à s’abstenir de recourir à la violence, en particulier en vue de la prochaine échéance électorale.

Elle réaffirme son engagement à travailler avec le gouvernement de la République de Djibouti, ainsi qu’avec toutes les forces politiques, la société civile et la population de Djibouti au développement inclusif et durable du pays et à la stabilisation de la région.

Source: Union européenne

Communiqués Dernières éditions

Manifestation de la diaspora de Belgique suite au massacre du 21 décembre 2015 perpétré à Djibouti (23/12/15)

Published by:

La diaspora Djiboutienne de Belgique choquée par le massacre du 21 décembre 2015 perpétré par la dictature de Guelleh a manifesté en soutien aux familles de victimes et denoncée cet acte barbare ce mercredi après-midi 23 décembre 2015 à Bruxelles.

Ci-dessous des photos de cette manifestation.

Communiqués Dernières éditions

Info USN: La sécurité de l´hôpital militaire français Bouffard renforcée contre la folie meurtrière du régime Guelleh (22/12/15)

Published by:

La sécurité de l´hôpital militaire français Bouffard renforcée contre la folie meurtrière du régime Guelleh.

La gendarmerie nationale s’est déplacée, à deux reprises, en un nombre impressionnant pour s’introduire dans l’hôpital militaire français Bouffard dans lequel sont hospitalisés le président De l’USN, Ahmed Youssouf Houmed, l’ex ministre Hamoud Abdi Souldan et le député Said Houssein Robleh. Tout comme la police nationale. Ce qui porte au total à quatre tentatives de la part des forces de l’ordre de la dictature.

Ces gendarmes et policiers avaient pour mission de récupérer ces trois opposants et de les emmener à l’hôpital Général Peltier.

Pourquoi vouloir les déplacer coûte que coûte à Peltier, pourtant bien connu des Djiboutiens, pour être un mouroir démuni de tout matériel médical ?

Depuis cet après midi, mardi 22 décembre 2015, la direction de l’hôpital Bouffard a décidé de renforcer la sécurité de l’hôpital pour éviter tout forcing de la gendarmerie nationale comme les montrent ces images ci-dessous.

A suivre de très près.