Dernières éditions

Soutien du représentant de l’USN en France aux Djiboutiens convoqués par la justice belge (24/05/15)

Published by:

Maki Houmed-Gaba
Représentant de l’USN en France

Le représentant de l’USN en France apporte son soutien moral aux Djiboutiens Samatar Hassan Moussa, Ahmed Muuse Wacays et Mahamed Robleh Bourale convoqués le mardi 26 mai devant le Tribunal belge suite à une plainte pour occupation de l’ambassade de Djibouti à Bruxelles, sachant que les prévenus encourent jusqu’à 10 ans de prison.

Les braves citoyens avaient occupé pacifiquement l’ambassade de leur pays le 26 septembre 2013 pour protester contre la participation du président djiboutien à une conférence des donateurs pour la Somalie tenue à Bruxelles et pour réclamer la poursuite des négociations avec la coalition de l’opposition USN.
Si l’occupation d’une ambassade n’est pas la meilleure voie pour s’exprimer, il s’agit clairement d’un acte de courage et de don de soi pour une patrie malmenée par une mal-gouvernance de 36 ans qui se nourrit d’une coopération internationale en défaut total d’expertise sur la réalité des dictatures.

Nous accordons toute confiance à la justice belge pour distinguer le fond de la forme, et partant pour disculper ces militants de la liberté. Les Djiboutiens sont invités à les soutenir massivement en se rassemblant devant le palais de justice de Bruxelles ce mardi 26 mai à 9 h 30, jour du procès.

Objectif: démontrer le soutien des Djiboutiennes et des Djiboutiens à leurs frères de lutte, bien que regrettant le geste de trop d’une occupation d’ambassade qui n’a pas lieu d’être, mais qui n’est pas impardonnable venant d’une jeunesse accablée et poussée à une vie d’exil par une dictature féroce.

Maki Houmed-Gaba
Représentant de l’USN en France
Paris, le 24 mai 2015

Dernières éditions

RSF DÉNONCE LE HARCÈLEMENT JUDICIAIRE CONTRE LE RESPONSABLE DE LA VOIX DE DJIBOUTI (23/05/15)

Published by:

Reporters sans frontières (RSF) est indignée par le harcèlement judiciaire dont est victime Maydaneh Abdallah Okieh, journaliste pour le site d’informations La Voix de Djibouti (LVD), première radio libre et critique de l’histoire du pays. Le journaliste risque la prison s’il ne règle pas une amende exorbitante de plus de 11 000 dollars.

Maydaneh Abdallah Okieh, journaliste et responsable technique du site d’informations La Voix de Djibouti créée en 2010 par la diaspora djiboutienne, a été arrêté lundi 18 mai 2015 par la police à Djibouti-ville pour refus d’exécution judiciaire, puis libéré par le parquet de la République le 20 mai 2015. Néanmoins, le journaliste doit toujours régler l’amende de 2 084 000 francs Djibouti, soit 11 740 dollars américains, à laquelle il a été condamné à titre de dommages et intérêts pour diffamation au profit du lieutenant-colonel de police Elmi Daher Miguil en mai 2013. Dans le cas contraire, il risque d’être à nouveau incarcéré.

LIRE LA SUITE

Dernières éditions

Le journaliste et cadre USN Maydaneh Abdallah Okieh libéré hier par le Parquet (21/05/15)

Published by:

Le journaliste et cadre USN Maydaneh Abdallah Okieh libéré hier par le Parquet

Le journaliste et cadre USN Maydaneh Abdallah Okieh, arrêté le lundi 18 mai 2015 par la police à Djibouti-ville pour refus d’exécution judicaire, a été libéré par le Parquet de la République hier 20 mai 2015. Cette libération fait suite au constat par le Parquet qu’il n’y pas de volonté de refus d’exécution judiciaire de la part de Monsieur Okieh.

Rappelons que la somme de 2 084 000 Francs Djibouti, soit 11 740 dollars américains, à laquelle Maydaneh Abdallah Okieh a été condamné à titre de dommages et intérêts pour diffamation au profit du lieutenant-colonel de police Elmi Daher Miguil dit Elmi Gess dépasse le prix du sang en cas de crime à Djibouti. C’est dire la lourdeur de la peine qui accompagne les cinq mois de prison ferme qu’il a durement purgés en 2013 dans cette même affaire.

Dernières éditions

Info USN: Le professeur Djilal libéré et le journaliste Okieh relâché mais convoqué pour demain matin par le Parquet (19/05/15)

Published by:

Le professeur Djilal libéré et le journaliste Okieh relâché mais convoqué pour demain matin par le Parquet

Le professeur d’université Ismaël Hassan Djilal a été libéré ce matin aussi subitement qu’il avait été arrêté la veille.

Quant au journaliste Maydaneh Abdallah Okieh, il a été relâché jusqu’à demain matin à 8 heures. Notamment parce que le Procureur a constaté qu’il n’y a pas de volonté de refus d’exécution judiciaire et qu’il a probablement considéré que le lieutenant-colonel Elmi Daher Miguil dit Elmi Gess, qui réclame à Okieh des dommages et intérêts, n’a pas le droit de le faire arrêter par des policiers sous son autorité, d’autant que le héros de l’information 2014 (cf RSF) réside hors de sa compétence territoriale. Relâché mais convoqué, le journaliste de La Voix de Djibouti n’est donc pas tiré d’affaire.

A suivre de très près.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 ... 164 165 Suivante