Dernières éditions

Compte rendu de la conférence de l’opposition djiboutienne à Paris le dimanche 18/02/2018

Published by:

Une conférence de l’opposition tenue à l’initiative de l’ARD, l’Alliance républicaine pour le développement, a rassemblé une demi-centaine de participants autour d’une dizaine d’intervenants de la société civile et des formations de l’opposition.
 
La rencontre s’est tenue le dimanche 18 février 2018 dans l’après-midi dans les locaux de la Fédération des Clubs Unesco de Paris, 173, rue de Charenton.
 
Les intervenants présents ont été Mahdi Ibrahim, vice-président de l’ARD, Ismaël Ahmed Assoweh, Député USN, Maki Houmed-gaba, représentant de l’ARD en Europe, Hassan Abdillahi, président du MJO Europe, Abdi Nour, Secrétaire général de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), Régis Marzin, Journaliste indépendant et chercheur spécialiste des élections en Afrique, Raymondo Ela, président de la Cored, formation politique de la Guinée Equatoriale, Rigobert Komlan Missinhoun, représentant de la Plateforme panafricaine et de la diaspora béninoise en France.

Continue reading

Dernières éditions

Législatives à Djibouti: l’opposition boycotte, la majorité confiante (RFI, 20-02-18)

Published by:

Les élections législatives à Djibouti sont prévues vendredi 23 février prochain et 65 députés doivent être élus. La campagne électorale se termine mercredi à minuit. Le scrutin laisse peu de place au doute, puisque l’ensemble des grands partis d’opposition n’a plus de statuts légaux. L’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a donc toutes les chances de remporter la victoire. L’opposition a donc appelé au boycott de ces élections.

Seuls quelques partis, accusés d’être proches du pouvoir, ont pu présenter des listes en vue de l’élection législative prévue le 23 février prochain à Djibouti. L’opposition dénonce une absence de transparence électorale et une absence de commission électorale nationale indépendante.

L’opposition appelle au boycott

 Adan Mohamed Abdou, président de l’Alliance républicaine pour le développement (ARD), parti de l’opposition, est plutôt désabusé. « Il devait y avoir une Commission électorale nationale indépendante (Céni). Ce qui n’a pas été fait. Celui qui s’occupe de la soi-disant Céni, c’est le chef du cabinet du Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed. Donc comme il n’y a pas de transparence électorale et que le gouvernement est en même temps juge et partie, toute l’opposition a appelé au boycott », détaille-t-il.

« C’est une compétition entre amis parce que ce sont le gouvernement et les partis politiques qui se déclarent de l’opposition avec la bénédiction du ministère de l’Intérieur, donc instrumentalisés par le gouvernement. Qu’est-ce que nous apprenons ici : l’opposition choisit. Et ensuite, je pense que l’organisation de ces élections souffre aussi du manque d’intérêt de la communauté internationale. Donc le gouvernement fait ce qu’il veut. Cela n’a aucun enjeu politique. Pour nous, c’est un non-évènement », a-t-il déclaré.

L’Union pour la majorité présidentielle confiante

Du côté de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP), on se montre donc confiant. Le président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, qui se représente pour le poste de député, estime que la désorganisation de l’opposition et son appel au boycott laisse le champ libre aux proches du pouvoir. Selon lui, l’attitude de l’opposition n’était pas constructive, et les partis qui n’ont plus de statut légal ne sont plus légitimes.

« Nous sommes très conscients. L’opposition n’est pas organisée. Normalement, elle doit s’organiser autour d’un programme. Il n’y a pas un programme et quand ils font des campagnes, à l’époque quand on faisait des campagnes, ce ne sont pas des critiques constructives en fait. Ce sont des personnes qui n’ont pas de légitimité. Certaines personnes soi-disant qui représentent des partis politiques étaient là pour régler des comptes », accuse-t-il.

« Djibouti aujourd’hui, c’est un pays qui se développe. Du coup, nous nous voulons et la population le veut, que ce pays avance. Et pour cela, il faut qu’il y ait la majorité et l’opposition. C’est pour cela que nous sommes favorables à l’opposition, mais l’opposition constructive, qui construit le pays », a-t-il également déclaré.

SOURCE :  RFI

Communiqués Dernières éditions Journal Réalité

Appel à conférence de l’opposition djiboutienne à Paris dimanche 18 février 2018

Published by:

Conférence de l’opposition djiboutienne à Paris à l’initiative de l’ARD le dimanche 18/02/2018 de 14 heures à 19 heures.
Conférence en hommage au premier soulèvement national du 18/02/2011 à Djibouti et pour dénoncer la mascarade législative du 23/02/2018.
Lieu : Fédération des Clubs Unesco
173, rue de Charenton, 75012 Paris.
Métro Reuilly Diderot / Mongallet

Dernières éditions

Note d’information du 19 janvier 2018 : l’ARD dénonce des « législatives » truquées d’avance

Published by:

Note d’information du 19 janvier 2018
l’ARD dénonce des « législatives » truquées d’avance

Réuni en séance ordinaire ce vendredi 19 janvier, le conseil national de l’Alliance Républicaine pour le Développement (ARD) a procédé à une analyse approfondie de la situation politique nationale.
Les débats ont porté sur le recul démocratique et le verrouillage inacceptable de l’espace politique observés depuis le dernier scrutin législatif de 2013 et ce, malgré la signature d’un accord avec l’USN le 30 décembre 2014.
Devant le refus manifeste des autorités de garantir un processus électoral libre, pluraliste et transparent, (CENI) notre Parti a décidé de ne pas participer au vote truqué du 23 février prochain. Notre juste combat pour l’avènement d’un véritable Etat de droit continue jusqu’à la victoire de la justice sur l’imposture.

Dernières éditions

Heurts à Arhiba, quartier populaire de Djibouti, mardi 9 janvier 2018 (ARD, 9-01-18)

Published by:

Heurts à Arhiba.

Nous apprenons à l’instant que des heurts ont éclaté à Arhiba entre les forces de l’ordre et les habitants d’Arhiba. Plusieurs jeunes et femmes ont manifesté leur colère devant la route d’Arta pour exiger la libération d’une dizaine des jeunes étudiants arrêté cet après-midi par la police du 3 eme arrondissement devant le collège de Palmeraie et transféré quelques heures après à Nagad.
Comme à leurs habitudes, les forces de répression au lieu de satisfaire les doléances de ces habitants ont eu recours à la force en faisant usage des gazs lacrymogènes pour disperser les manifestants.
Affaire à suivre…

Dernières éditions

Commémoration de la journée nationale des martyrs à Djibouti (ARD, Djibouti, 18-12-17)

Published by:

Commémoration de la journée nationale des martyrs.

Comme chaque année, les militants ARD d’Arhiba ont manifesté devant le cimetière des martyrs du 18 Décembre 1991 à Arhiba pour rendre hommage à tous les civils djiboutiens innocents tombés sous les balles de la dictature notamment à Arhiba, Bouldhouko, Quartier 5 et dans les régions du Nord et sud ouest.
Les manifestants ont réclamé la justice pour les victimes, la reconnaissance par l’Etat djiboutien de ces tueries, l’indemnisation des familles des victimes, ainsi que la comparution des auteurs et commanditaires de ces tragédies devant la justice.
Ci dessous les photos de la manifestation.