Dernières éditions

Djibouti : un défenseur des droits de l’Homme arrêté (FIDH-OMCT, 21-03-17)

Published by:

Un fondateur de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), Omar Ali Ewado, a été arrêté dimanche 19 mars par les autorités djiboutiennes pour une raison encore inconnue, annonce aujourd’hui l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT).

Omar Ali Ewado a été interpelé dimanche par des agents des services de renseignement, alors qu’il se rendait à une mosquée proche de son domicile, a indiqué l’Observatoire.

Les agents auraient menacé la famille de M. Ewado, pointant une arme à feu sur ses enfants, avant de l’emmener sans informer sa famille de son lieu de détention.

Le lendemain, sa famille a appris qu’il était détenu chez les services de renseignement à Djibouti-ville. Il aurait entamé une grève de la faim pour dénoncer une arrestation à ses yeux arbitraire.

M. Ewado avait été condamné à trois mois de prison en janvier 2016 pour « diffamation publique », après avoir publié une liste de victimes du « massacre » du 21 décembre 2015. Il avait été relaxé en appel un mois plus tard.

L’intervention de la police lors d’une cérémonie traditionnelle organisée à Buldhoqo avait le 21 décembre 2015 provoqué de violents affrontements, dont le bilan est contesté.

Le gouvernement avait parlé de sept personnes tuées, la FIDH estimant quant à elle que les violences avaient fait « au moins 27 morts ».

(AFP) 21-03-2017

source : tempsréel.nouvelobs.com

Dernières éditions

Djibouti: Arrestation et détention arbitraire du défenseur Omar Ali Ewado (OMCT, 21-03-17)

Published by:

Source : OMCT.ORG

Paris-Genève, le 21 mars 2017 – L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT) condamne l’arrestation pour une raison encore inconnue de M. Omar Ali Ewado, l’un des fondateurs de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), et appelle les autorités djiboutiennes à le libérer immédiatement et inconditionnellement.

Le 19 mars 2017, vers 18h, M. Omar Ali Ewado a été arrêté alors qu’il se rendait à la mosquée située à côté de son domicile par des agents des Services de documentation et de sécurité (SDS – services de renseignement) armés et en civil. Ceux-ci auraient également menacés la famille de M. Omar Ewado, pointant une arme à feu sur ses enfants. Les agents de la SDS ont par la suite emmené M. Omar Ewado sans informer sa famille de son lieu de détention. Le jour suivant, sa famille a été informée que le défenseur se trouvait dans les locaux de la SDS, dans le quartier du Plateau du Serpent. D’autre part, M. Omar Ewado aurait entamé une grève de la faim pour dénoncer son arrestation arbitraire. A ce jour, les raisons de la détention de M. Ewado restent inconnues.

« La communauté des droits humains est harcelée depuis des années par les autorités djiboutiennes. Maintenant elles doivent clarifier les raisons de l’arrestation de M. Omar Ewado et plus largement mettre un terme à leur acharnement contre les défenseurs des droits humains à Djibouti », a déclaré Drissa Traoré, vice-président de la FIDH.

En plus de son arrestation, début mars, M. Omar Ewado, enseignant, a été licencié et son salaire a été suspendu par le Ministère de l’Education nationale, sans raison connue. En janvier 2016, celui-ci avait été condamné à trois mois de prison ferme pour « diffamation publique », suite à la publication par la LDDH d’une liste de victimes du massacre de la localité de Bouldhouqo visant la communauté Yonis Moussa, avant d’être relaxé en février 2016 par la Cour d’appel de Djibouti.

« Nous condamnons les atteintes répétées à la liberté d’association et d’expression à Djibouti et appelons à la libération immédiate et inconditionnelle de M. Omar Ewado. Nous craignons également qu’il soit victime de torture et de mauvais traitements en détention, et appelons les autorités à assurer son intégrité physique et psychologique en toutes circonstances », a déclaré Gerald Staberock, secrétaire général de l’OMCT.

L’Observatoire, partenariat de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible. La FIDH et l’OMCT sont membres de ProtectDefenders.eu, le mécanisme de l’Union européenne pour les défenseurs des droits de l’Homme mis en œuvre par la société civile internationale.

Pour plus d’information merci de contacter:

  • FIDH : Audrey Couprie: + 33 1 43 55 25 18
  • OMCT : Delphine Reculeau +41 22 809 49 39
Dernières éditions

L’ARD appelle à une vaste campagne d’indignation citoyenne à Djibouti (ARD, 21-03-17)

Published by:

  • L’Alliance républicaine pour le développement (ARD) appelle à une vaste campagne d’indignation citoyenne à Djibouti pour mettre fin à l’arbitraire et l’hystérie répressive et faire barrage à la discorde nationale.
  • Des meetings se tiendront sur tout le territoire.
Dernières éditions

Retour de fureur à Djibouti après une visite désastreuse à l’Élysée (ARD, 20/03/17)

Published by:

Ismaël Omar Guelleh n’en peut plus de ne pas trouver de légitimité à son pouvoir. Il n’a pas anticipé le défi que lui ont opposé les membres de la diaspora djiboutienne pour l’individu indésirable qu’il est devenu en Europe.

Sans compter le pire : son hôte de l’Élysée François Hollande qui n’a pas daigné le gratifier de déclaration commune devant la presse.

Le retour de fureur n’aura pas attendu Djibouti : l’ambassadeur en France est notamment interdit de mêler sa voix à celle des opposants sur un débat d’Africa24.

Puis aussitôt à Djibouti, la colère a frappé les responsables du MRD dont son secrétaire général Djama Houssein Robleh, arrêté, le président de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) Omar Ali Ewado, arrêté, un candidat aux récentes élections locales de Tadjourah Mohamed Houmed dit Charlie, porté disparu, le domicile de Farah Abadid Hildid, député USN, perquisitionné.

Gardons aussi à l’esprit la liste interminable des membres et sympathisants du MRD arrêtés depuis le 13 mars 2017 :

1-Naguib Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
2-Mohamed Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
3-Hibo Abdillahi Awaleh dit Boulboul, arretée le 14 mars 2017 ;
4-Mako Houssein Miguil, arrêtée le 14 mars 2017 ;
5-Mohamed Ahmed Ali, arrêté le 14 mars 2017 ;
6-Ibrahim Abdi Indayareh, arrêté le 15 mars 2017 ;
7-Saida Ahmed, arrêtée le 15 mars 2017 ;
8-Radia Ali, arrêtée le 15 mars 2017 ;
9-Madina Iyeh Rayaleh, arrêtée le 16 mars 2017 ;
10-Adar Houssein Toukaleh, arrêtée le 16 mars 2017 ;
11-Youssouf Farah Aouled, arrêté le 16 mars 2017 ;
12-Mohamoud Mohamed Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
13-Hared Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
14-Guinio Bouraleh Hoch, arrêtée le 18 mars 2017 ;
15-Hali Farah Ounkour, arrêtée le 18 mars 2017 ;
16-Roda Hassan Moussa, arrêtée le 18 mars 2017.

Toutes ces arrestations auraient été opérées par la Section de recherche et de documentation (SRD) de la gendarmerie et certains détenus tels que Naguib Ali Gouradi auraient été battus lors de l’interrogatoire.

Et les Djiboutiens attendent toujours que la justice se prononce sur les motifs des arrestations pour mettre fin à l’abus de droit présidentiel.

Maki HOUMED-GABA

Dernières éditions

Communiqué MJO: nominations de représentants Europe, Egypte et Sénégal (MJO, 18-03-17)

Published by:

Décision N°3/MJO/2017

Nomination N° 2/2017

vu les statuts de MJO-DJIBOUTI
Vu le Reglement intérieur
Vu Procès -verbal de la réunion du comité Exécutif du MJO en date de17 Mars 2017

Les personnes dont les noms mentionnés ci-dessous sont nommées par le comité exécutif du MJO comme représentants officiels. Ils auront pour mission le renforcement de la lutte et représenteront MJO-DJIBOUTI au sein des institutions de leurs pays respectives.

• Représentant officiel du MJO-Europe : Samatar Daher bouraleh

• Représentant officiel du MJO-EGYPTE: Omar Mohamed Ragueh

• Représentant officiel du MJO-SÉNÉGAL: MANE YOUSSOUF ADEN

cette décision prend effet à compter d’aujourd’hui.

Fait à Djibouti , le 18 Mars 2017

Président du Mjo
Abdoyta Ahmed Dini Mohamed

Aucun texte alternatif disponible.

Audios Communiqués Dernières éditions Journal Réalité Photos

Compte rendu de la réunion des militants de l’opposition djiboutienne à Lyon le samedi 11 mars 2017 (ARD, USN, 13-03-17)

Published by:

Une réunion de l’opposition djiboutienne s’est tenue à Lyon le samedi 11 mars 2017 de 16 h 30 à 18 h 30 à l’espace Emmanuel Mounier, 13 bis, rue Delandine, 69002 Lyon.

Quinze participants djiboutiens et une invitée de la Côte d’Ivoire Monique Berthollet ont honoré la réunion de leur présence.

Le thème central abordé a été la mise en place d’une équipe de l’opposition djiboutienne à Lyon, une ville qui veut défendre son statut de deuxième ville de France et qui veut construire un grand pôle de l’opposition pour tout le Rhône et au-delà.

Sur proposition des participants, la réunion a été présidée par Maki Houmed-Gaba, représentant de l’ARD et de l’USN, en déplacement depuis Paris où une rencontre préparatoire avait eu lieu le samedi 25 février en marge de la manifestation de la diaspora djiboutienne contre la réception de Guelleh à l’Élysée.

Continue reading