ARD » Blog Archives

Author Archives: ard

Dernières éditions

DOUBLE MANIFESTATION DJIBOUTIENNE A PARIS LES 25 & 28 FÉVRIER 2017 contre la venue d’Ismael Omar Guelleh en France (ARD, 21/02/17)

Published by:

La réception en visite officielle d’Ismaël Omar Guelleh en France est inacceptable pour les citoyens du monde que nous sommes. Elle constitue un dénigrement manifeste des droits des Djiboutiens à la démocratie et à la liberté déjà totalement bafoués par le dictateur président de Djibouti. La double manifestation est destinée à démontrer le rejet massif par les Djiboutiens et par leurs amis démocrates de l’initiative honteuse du président François Hollande, du Sénat et du Medef.

La manifestation de la Place Trocadérodu se tiendra samedi 25/02 de 15 h à 18 h
La manifestation de la Place Madeleine se tiendra mardi 28/02 de 15 h à 18 h
Dernières éditions

Humilier le néo-pharaon: exigence nationale (ARD, 14/02/17)

Published by:

Depuis son ascension controversé à la tête de notre pays en 1999, le dictateur de Haramous ne sème que division, régression et corruption sur notre petit bout de terre béni.

Pire , il a fait de l’humiliation des djiboutiens son sport favori . Aux opprimés et exilés de l’humilier à leur tour lors de sa visite officielle programmée fin février selon diverses sources.

Il faut manifester massivement contre le néo-pharaon à Paris fin février.

Nous savons compter sur notre dynamique diaspora en Europe.

Celle qui n’a pas rendu l’âme malgré les difficultés conjoncturelles et surmontables de l’opposition nationale.

Dernières éditions

Usagers réveillez vous ! L’ARD dénonce les abus et menaces de l’Office national des eaux de Djibouti (ONEAD) (ARD, 14/02/17)

Published by:

ONEAD : qui menace qui ?

Après les contraventions abusives au nom de la sécurité routière, la reprise des arnaques financières au nom de la salubrité publique.

Ainsi l’ONEAD qui peine à assurer l’approvisionnement en eau potable de qualité à tous ses usagers se lance à son tour dans la répression. Car tout le monde sait que depuis des longues années des milliards de nos francs sont engloutis au nom d’un assainissement qui tarde à venir.

Les quartiers populaires sont inondées d’eaux pluviales mal drainées ou des égouts qui débordent régulièrement. Oubliant tous ces combats perdus à cause de la corruption effrénée, l’ONEAD met en garde contre les déversement d’eaux usées par les usagers désormais passibles d’une amende de 100.000FD et de coupures d’eau.

Et si cette nuit le ciel venait à arroser notre capitale d’une pluie fine, demain nos quartiers seront inondées.

A combien s’élèvera l’amende dont devront s’acquitter les riverains malheureux ?

Un peu de bon sens…

Ceci étant rappelé, loin de nous l’idée d’encourager l’incivisme de personnes déversant les eaux usées sur la voie publique: leurs actes de pollution sont répréhensibles et doivent immédiatement cesser.

Rédaction ARD, 14/02/17

Dernières éditions Journal Réalité Photos

MOBILISATION GENERALE ! L’ARD appelle à la mobilisation générale (10/02/17)

Published by:

C’est en résumé l’essentiel des discours des intervenants de l’ARD.

L’A.R.D. boycotte la mascarade à venir et invite le peuple Djiboutien à en faire autant.

Les Conseils Régionaux ayant déjà été nommés ! L’A.R.D. boycotte cette mascarade parce que :

– Le gouvernement a violé la Loi sur la Décentralisation annexée à l’Accord de Paix du 12 mai 2001 en la vidant de sa substance et en privant les Conseils Régionaux des prérogatives régaliennes (Etat-Civil, Police, Budget,

– Le gouvernement a modifié les délimitations des Régions en amputant les Régions de Tadjourah de deux ressources économiques (Port de Dankalélo et Lac Assal : Géothermie et banquise de sel) et Dikhil de Karta au bénéfice de la Région d’Arta, ce qui constitue comme l’avait rappelé le regretté Ahmed Dini, un Casus Belli que les populations concernées ont déjà condamné comme tel en manifestant à deux reprises à Tadjourah . L’A.R.D. est solidaire de ces populations et met en garde le pouvoir contre cette fitna !

Continue reading

Dernières éditions

2017 : L’ANNEE DE VERITE (Mohamed Ali Abdou, porte parole de l’ARD)

Published by:

Dès 2003, il apparaissait clairement que l’impasse politique consécutive à la violation de l’Accord de Paix du 12 mai 2001 était imputable au chef de l’Etat. Il confirme ici le bien-fondé de nos accusations : A l’occasion d’un meeting de campagne à Arta, il se livre sans détour dans l’exercice de sa méthode de gouvernement favorite : semer la discorde en favorisant une Région au détriment d’une autre et en dressant les populations les unes contre les autres.

Continue reading

Dernières éditions

Tournée d’information de l’ARD à ARHIBA, quartier populaire de Djibouti ville (14/01/17)

Published by:

Cet après midi du Samedi 14 Janvier 2016, l’ARD a effectué une tournée à ARHIBA.

La rencontre a eu lieu au siège de la fédération ARD d’ARHIBA dans une salle pleine à craquer des militantes et militants de cette cité venus en masse pour exprimer leur soutien et engagement à poursuivre la lutte pour le changement au côté de l’ARD.

Les dirigeants et les représentants des Jeunes et femmes ont tour à tour pris la parole abordant plusieurs sujets, notamment celui de l’élection régionale et communale qu’ils ont qualifié de « parodie électorale ».

Voici le premier album des photos.

L’image contient peut-être : 2 personnes, plein air

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout et plein air

Dernières éditions

L’Alliance républicaine pour le développement (ARD) a participé le samedi 17 décembre 2016 à deux manifestations à Paris et à Bruxelles commémorant les massacres de civils commis à Djibouti par les forces armées nationales (ARD, 18/12/16)

Published by:

Le représentant en Europe de l’Alliance républicaine pour le développement (ARD) s’associe à l’ensemble de l’ARD et à tous les Djiboutiens épris de justice pour présenter une nouvelle fois ses condoléances les plus sincères aux familles des victimes des massacres à Djibouti.

Un quart de siècle après la tuerie de 59 civils à Arhiba, quartier populaire de Djibouti-ville, et un an après la tuerie de quelque 20 civils à Buldhuqo, près de Djibouti-ville, aucune enquête n’a été diligentée pour rechercher les responsabilités des auteurs malgré les plaintes déposées par les proches des victimes.

Les victimes du massacre d’Arhiba le 18 décembre 1991 ont été rassemblées au petit matin sur un espace vague de leur quartier pour faire d’objet d’une fusillade en règle par les forces armées nationales, en représailles à un camouflet subi par ces mêmes forces armées dans un face à face avec des opposants djiboutiens dans le nord du pays.

A la manifestation de Paris avaient fait le déplacement les personnalités et les activistes Laurence Dawidowicz, Jean-Loup Schaal, Gisèle Noublanche, Ahmed Kassim Isse, Hassan Mokel, Mohamed Kadamy, Houmado Abdallah, Maki Houmedgaba, Fatouma Hamadou Ali, Hachin Loita, Yacine Ibrahim et Patrick Falcou,

De nouveau, le 21 décembre 2015, les mêmes forces de police et de gendarmerie ont mené une attaque sanglante contre des civils réunis à Buldhuqo près de Djibouti-ville pour une cérémonie religieuse de la communauté Yonis Moussa, provoquant une vingtaine de tués et de nombreux blessés.

A Buldhuqo, comme ce fut le cas aussi à Arhiba, la police a fait irruption tôt le matin sur le lieu de la cérémonie utilisant balles réelles et gaz lacrymogènes, rejointe dans la même heure par une gendarmerie faisant usage de fusils d’assaut, avant que police et gendarmerie soient trouvent le renfort de tireurs positionnés sur les hauteurs de colline environnant les lieux et tirant sans discontinuer sur la même foule prise en étau.

La commémoration de Paris organisée par l’ADD et celle de Bruxelles organisée par la CAB ont rassemblé plusieurs dizaines de personnes soudées et déterminées à ne jamais cesser de demander justice pour les victimes civiles tombées sous la tyrannie d’Ismaël Omar Guelleh.

La même commémoration a eu lieu ce dimanche 18 décembre 2016 à Arhiba près du cimetière où reposent les nombreux corps identifiés.

La Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) a édité un « répertoire des victimes pour la mémoire et pour la justice » où figure l’essentiel des victimes civiles des conflits qui perdurent à Djibouti malgré les nombreux accords signés avec les mouvements d’opposition.

Maki Houmed-Gaba
Représentant de l’ARD en Europe
ardeurope@yahoo.fr

Fait à Paris, le 18 décembre 2016

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes debout

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes qui marchent, foule et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, foule et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, personnes qui marchent, foule et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 3 personnes, voiture et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, voiture et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Continue reading