ARD » Blog Archives

Author Archives: ard

Dernières éditions

Hommage à Ahmed Youssouf Houmed, par Kassim Ali Dini, secrétaire général de l’ARD (10-09-17)

Published by:

Hommage à Ahmed Youssouf Houmed

Notre illustre compagnon est parti vers un monde meilleur.

Nous saluons la mémoire d’un homme politique exemplaire, pieux, sage qui laisse un souvenir inoubliable dans les cœurs de tous les combattants de la démocratie dans notre pays.

Nos condoléances attristées à sa famille, proches et à toute l’opposition démocratique.

Qu’Allah l’accueille au Paradis des justes.

Amin. Inna lillah wa inna ileyhi raaji’uun.

Dernières éditions

Ahmed Youssouf Houmed, le pacificateur des luttes de masse nous a quittés (par Maki Houmed-Gaba, représentant de l’ARD en Europe)

Published by:

Hommage posthume de Maki Houmedgaba, Représentant de l’ARD en Europe
—————————————————————-

Ahmed Youssouf Houmed, le pacificateur des luttes de masse nous a quittés

Ahmed Youssouf est né à Tadjourah en 1938 sous le joug de la colonisation française, qu’il a appris à scruter, afin de pointer comment elle abusait de l’homme.

Ahmed Youssouf a suivi un cursus universitaire rare pour l’époque, ce qui lui permettra d’intégrer les rangs des élites à la manœuvre pour conduire le territoire vers l’indépendance. Pour autant, il n’a jamais été le fruit d’une mono culture française, largement initié à la piété islamique et à la tradition djiboutienne.

Sa maîtrise du langage administratif lui a permis d’occuper deux fois des postes ministériels, celui du Port et celui de la Santé entre 1977 et 1978. Deux ans qui auront suffit pour réaliser combien l’entrée grossière dans l’indépendance avec Hassan Gouled avait été détournée de ses objectifs.

Trente ans de domination coloniale auront laissé la place à deux ans de domination familiale, remettant d’actualité la lutte pour une nouvelle libération du peuple indépendant de Djibouti.

Opposant aussitôt engagé aux côtés du Président Ahmed Dini dès 1979, lutter n’était pour lui ni mépriser l’autre, ni mener vengeance, mais lutter pour démontrer le bien fondé d’une voie meilleure.

Un tel tempérament ne pouvait que cohabiter laborieusement avec certains partenaires de lutte.

La bataille politique de M. Ahmed Youssouf est toujours restée empreinte de mesure. Ne jamais détruire ce que l’on aura bien plus de mal à reconstruire.

Le président de l’USN et de l’ARD aura incarné une opposition digne de représenter une alternative crédible toute attachée à la paix civile et au sens des responsabilités.

Nous demandons enfin pardon à sa famille à qui nous aurons soustrait la disponibilité de leur mari, père, grand-père, frère, convoqué par la marche de l’histoire pour une double libération de son pays.

Maki Houmed-Gaba
Représentant de l’ARD en Europe
Fait à Paris, le 10/09/2017

Dernières éditions

COMMUNIQUE DE PRESSE: Arrestation de Mohamed Moussa Yabeh à Djibouti (LDDH, 8/09/17)

Published by:

COMMUNIQUE DE PRESSE: Arrestation de Mohamed Moussa Yabeh à Djibouti

Depuis son retour de la France au début du mois d’Août 2017, Mohamed Moussa Yabeh, ancien Professeur et Ex Directeur démissionnaire du CRIPEN (Education) au temps du gendre du couple Présidentiel DJAMA ELMI OKIE est pris en otage par ce dernier.

Après sa démission ce jeune professeur a voulu reprendre son métier d’enseignant mais le super Ministre DJAMA TELE s’y est opposé et ayant appris que ce Ministre était en train de confectionner un dossier bidon pour l’emprisonner le jeune Mohamed Moussa avait été contraint à l’exil qui le conduira à BRUXELLES puis à PARIS.
La Belgique puis la France ont refusé de lui accorder l’asile.

Mohamed Moussa Yabeh a tout naturellement décidé de regagner son pays malgré le risque encouru plutôt que de vivre dans la clandestinité en EUROPE. Mal lui en a pris.
Aussitôt après son débarquement de l’avion Mohamed Moussa Yabeh a été arrêté, puis a subi un interrogatoire musclé au SRD, et enfin déféré au Parquet pour être écroué à la Prison de GABODE.

Depuis un mois, il est pris en otage par DJAMA TELE qui orchestre le tout pour torturer mentalement le jeune Mohamed lequel avait démissionné de son poste du Directeur de CRIPEN pour ne pas cautionner les détournements des fonds que ce Ministre entendait effectuer.
Ainsi son procès est reporté de semaine en semaine au grand dam de sa famille depuis son incarcération à GABODE il y a un mois.

La LDDH dénonce et condamne énergiquement l’incarcération abusive et illégale de Mohamed Moussa Yabeh dont le seul tort est son refus de cautionner les détournements des deniers publics.
Enfin la LDDH interpelle le Chef de l’ETAT qui est le Premier Magistrat de ce pays à faire cesser, l’incarcération absurde et illégale de Mohamed Moussa Yabeh et ce, en ordonnant sa mise en liberté immédiate et sans conditions.

Le Président de la LDDH
OMAR ALI EWADO

Dernières éditions

Hommage à Mohamed Hamadou Dini dit Qelaagi, par Kassim Ali Dini, secrétaire général de l’ARD (7-09-17)

Published by:

Hommage à Mohamed Hamadou Dini dit Qelaagi
Mohamed Hamadou Dini vieux sage de l’ARD et indépendantiste de la première heure s’est éteint dans sa ville d’Obock ce mercredi 6 septembre 2017. Le défunt, opposant de longue date au régime néocolonial du RPP était une personnalité connue et respectée pour sa bravoure et son sens de la justice. Natif de Mabla , il était l’oncle paternel de l’actuel sultan de Rahayto et premier entrepreneur à fonder une boulangerie moderne à Obock il y a près d’un demi-siècle. Nous présentons nos sincères condoléances à toute sa nombreuse famille. Qu’Allah l’accueille en son vaste Paradis. Amin. Inna lillah wa inna ileyhi raaji’uun.

Dernières éditions

Compte rendu succinct de la manifestation du samedi 12 août 2017 devant l’ambassade de Djibouti à Bruxelles en hommage à la mémoire de Mohamed Ahmed Jabha mort des suites de sa détention à Djibouti (15-08-17)

Published by:

Une centaine de Djiboutiens se sont rassemblés face à l’ambassade de Djibouti à Bruxelles le samedi 12 août 2017 de 14h à 17h en hommage à la mémoire de Mohamed Ahmed Jabha mort des suites de sa détention à Djibouti.

Les citoyens djiboutiens vivant en exil ont voulu dénoncer la mort en prison sous la torture le 1er août du plus ancien prisonnier politique de Djibouti détenu sans jugement et sans accès aux soins depuis mai 2010.

Les organisations de la société civile notamment la Ligue djiboutienne des droits humain, MJO Europe, le Collectif contre l’impunité des viols à Djibouti ainsi que des organisations politiques telles que  FRUD, MODEL, ARD, CDU ont fait le déplacement aux côtés de nombreuses personnalités pour dénoncer le déni de justice et pour exiger une enquête et une autopsie sur les conditions du décès.

Les personnalités des organisations politiques et de la société civile djiboutiennes ont délivré un message de condamnation d’un tel acte de déni de droit par gouvernement djiboutien et ont appelé à poursuivre la mobilisation contre ce régime.
Le représentant de l’ARD a rappelé que la lutte ne peut que continuer face à un régime qui maintient la répression sur le pays.
Les slogans repris en chœur par les manifestations trois heures durant scandaient « A bas la dictature », « démocratie à Djibouti », « droits de l’homme à Djibouti », « 40 ans d’impunité ça suffit, ça suffit « .
Mohamed Ahmed avait été arrêté en mai 2010 alors qu’il prenait la défense d’une femme enceinte prise à partie par les soldats du gouvernement près du mont Moussa Ali dans le nord du pays. Alors qu’une décision du tribunal à Djibouti avait demandé la libération du prisonnier politique, Mohamed Ahmed avait été maintenu en prison à la demande du premier ministre djiboutien avant de le faire condamner à 15 ans de prison par le même tribunal.
Maki Houmed-Gaba,
Représentant de l’ARD en Europe
Fait à Paris, le 15/08/2017

L’image contient peut-être : 1 personne, foule, arbre, herbe et plein air

Dernières éditions

Alerte lancée par le député de l’opposition et président par interim de l’ARD, Mr Adan Mohamed Abdou (15-08-17)

Published by:

Alerte lancée par le député de l’opposition et président par interim de l’ARD, Mr Adan Mohamed Abdou.

Une soixantaine des réfugiés Afars dont une vingtaine d’enfants arrivées du Yémen sont cantonnées dans leurs embarcations à la mer depuis hier. Ils demeurent jusqu’à présent sans assistance selon les informations qui nous parviennent. Toute la population d’Obock est en alerte et exhorte les autorités d’accueillir dignement ces sinistrés dans leur deuxième pays.
Les réfugiés Afars ont été interdits de débarquer à Obock alors que les réfugiés de toutes les nationalités provenant comme eux du Yémen ont été accueillis en grande pompe par les autorités Djiboutiennes depuis le déclenchement de la guerre au Yémen. Pourquoi ces deux poids, deux mesures ?
En tant que député et responsable de l’ARD, je demande au gouvernement de résoudre rapidement cette crise entretenue qui perdure depuis deux jours à Obock.

Le député et président par intérim de l’ARD
Adan Mohamed Abdou

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, barbe et gros planL’image contient peut-être : ciel, océan, plein air, eau et nature L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, ciel et plein air