Category Archives: Communiqués

Communiqués Dernières éditions

Meeting de l’USN du 18/03/15: Carton orange ! L’heure de vérité s’approche sur les tenants et les aboutissants de l’accord-cadre.

Published by:

Meeting de l’USN du 18/03/15: Carton orange ! L’heure de vérité s’approche sur les tenants et les aboutissants de l’accord-cadre.

Plus de 2 mois et demi après la signature de l’accord cadre USN/Gouvernement, peu d’avancées ont été réalisées. L’USN, dans un meeting organisé ce mercredi après-midi 18 mars 2015 à Hayabley dénonce avec force le non-respect de ce dudit accord.
Dans ce meeting, les leaders de l’USN ont informé l’opinion nationale que les aspects les plus importants de l’accord-cadre n’ont pas été traités à ce jour.

 

 

Communiqués Dernières éditions

Accord-cadre sur le dialogue politique entre le Gouvernement et l’Union pour le Salut National (USN), signé le 30-12-14 à Djibouti

Published by:

ACCORD CADRE
Sur le dialogue politique entre le Gouvernement
et l’Union pour le Salut National (USN)

PREAMBULE

Profondément attachés à l’unité nationale, à la paix, à l’intégrité territoriale et à l’indépendance de la Nation, aux valeurs de notre civilisation ainsi qu’aux principes et dispositions prévus par la Constitution et les Lois en vigueur.

Conscients de la nécessité de résoudre tout différend politique par la voie du dialogue politique et de la négociation afin de préserver la cohésion sociale et la concorde nationale ;

Considérant les progrès accomplis ces dernières années sur le plan du développement des infrastructures économiques et sociales de notre pays tout en soulignant l’importance cruciale de les poursuivre de manière concertée entre la majorité et les partis d’opposition ;

Soucieux de faire avancer la bonne gouvernance politique et économique dans le but de parvenir au développement durable dans notre pays ;

Rappelant à toutes les parties leur obligation de respect de la constitution, de la loi, de l’ordre public et d’un code de conduite en phase avec les principes de l’idéal démocratique ;

Soulignant l’impérieuse nécessité à tous les partis de se conformer aux règles de transparence dans le financement de leurs activités ;

Reconnaissant aux partis politiques légalement constitués les mêmes droits à la subvention de l’Etat ainsi que les même droits d’accès aux médias nationaux durant les activités partisanes en vue de créer un climat de confiance, de dialogue et de concertation entre les partis de la majorité gouvernementale et les partis d’opposition.

Il a été décidé de ce qui suit :

Continue reading

Communiqués Dernières éditions Photos

USN France: Compte rendu de la manifestation du 18 décembre 2014 à Paris (20/12/14)

Published by:

 

photo mk 8 photo mk 2 photo mk 3 photo mk 5  photo mk 5 photo mk 9photo mk 6  photo mk 7photo mk 10 photo mk 11photo mk 12photo mk 13photo mk 14 phto mk 1

USN France : Compte rendu de la manifestation du 18 décembre 2014 à Paris (20/12/14)

Une trentaine de Djiboutiens et d’amis démocrates ont répondu présent à la 23e commémoration du massacre d’Arhiba tenue à Paris le 18 décembre 2014 de 16h30 à 18h30 face à l’ambassade de Djibouti en France.

« L’impunité ne passera plus » : tous les Djiboutiens avec tous les Africains l’affirment de plus en plus haut et fort en cette année de printemps africain. Et la justice sera désormais l’un des premiers fondements de la reconquête de l’Afrique par ses citoyens.

Les familles des martyrs d’Arhiba sacrifiés par la folie meurtrière d’Ismaël Omar Guelleh vivent toujours dans une attente de vouloir comprendre un jour le pourquoi de l’assassinat de leurs proches par les armes de la police et de la gendarmerie nationale de Djibouti un certain 18 décembre 1991. Elles se tiennent informées de l’avancement de la plainte pour génocide déposée à la Cour pénale internationale de La Haye.

Les orateurs présents à la manifestation ont harangué la foule avec discours et slogans vibrant qui ont permis de rappeler la mobilisation des Djiboutiens dans leur quête de la liberté.

Le représentant de l’USN en France était présent aux côtés d’un représentant du Mouvement pour la démocratie et la liberté (MODEL), d’un représentant du Mouvement pour le renouveau démocratique et le développement (MRD), de représentantes du Comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l’impunité, de plusieurs représentants de l’Association pour la démocratie et le développement (ADD) à l’initiative de la manifestation ainsi que de représentants du Front pour la restauration de l’Unité et la démocratie (FRUD).

Invité de la manifestation pour la deuxième année consécutive, le journaliste blogueur tchadien Makaela Nguebla a présenté le parallèle des violations des droits de l’homme entre Djibouti et le Tchad et a témoigné aux Djiboutiens de la solidarité des frères Tchadiens.

Maki Houmed-Gaba

Représentant de l’USN en France

Fait à Paris, le 20 décembre 2014

Communiqués Dernières éditions

L’USN appelle à se joindre à la commémoration du massacre d’Arhiba qui aura lieu jeudi 18 décembre 2014 devant l’ambassade de Djibouti à Paris

Published by:

L’Union pour le salut national (USN) appelle à se joindre à la manifestation qui aura lieu le jeudi 18 décembre 2014 de 16h30 à 18h30 devant l’ambassade de Djibouti à Paris.

La manifestation du 18 décembre commémore chaque année le massacre d’Arhiba perpétré le 18 décembre 1991 par l’armée et la police djiboutienne sur des civils sans armes provoquant la mort de 59 civils et des dizaines de disparitions.

L’USN exige une enquête internationale diligentée par la communauté internationale pour déterminer la cause exacte de cette tuerie barbare et pour reconnaître la souffrance des familles des victimes toujours sans voix et apeurées.

La manifestation est organisée par l’Association pour la démocratie et le développement (ADD), que nous remercions pour la constance dans l’hommage rendu à la mémoire des victimes de ce massacre en organisant régulièrement cette commémoration.

Maki Houmed-Gaba, Représentant de l’USN en France

Fait à Paris, le 15 décembre 2014

Communiqués Dernières éditions

Journée des droits de l’homme : rien à célébrer mais toujours trop à dénoncer à Djibouti (10/12/14)

Published by:

Djibouti, le 10 décembre 2014

Communiqué de presse, 10 décembre 2014,

Journée mondiale des droits de l’Homme : Rien à célébrer mais toujours trop à dénoncer à Djibouti

Chaque année, les défenseurs djiboutiens des droits de l’Homme dénoncentl’état des droits humains à Djibouti. Chaque année, les organisations internationales de défense des droits de l’Homme telles que la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) relèvent des atteintes graves aux droits humains à Djibouti. Chaque année, le rapport annuel pays du Département d’État américain sur les droits de l’Homme à Djibouti dresse un tableau peu glorieux de la situation en la matière. Chaque année, opposants, journalistes, défenseurs des droits de l’Homme, opérateurs économiques et autres gens ordinaires sont victimes de toutes sortes d’atteintes à leurs droits humains à Djibouti. L’USN ainsi que ses membres et sympathisants sont une victime emblématique de ces violations multiples et variées aux droits de l’Homme à Djibouti.

Droit à la vie (y compris à la vie privée), droit à la sécurité, droit à la santé, droit à l’éducation, droit au travail, droit à l’activité économique privée, droit à la circulation, droit à l’expression dont le droit à la manifestation, droit à l’association (politique ou non), droit de choisir ses dirigeants…la liste est longue, trop longue des droits que le pouvoir en place viole directement ou ne protège pas.

Atteinte parmi les atteintes, les Djiboutiens se sont vu dénier le droit de choisir leurs députés le 22 février 2013 : ils ont massivement voté pour l’USN aux élections législatives et c’est le régime qui s’est auto-proclamé victorieux. D’où la crise postélectorale qui perdure depuis lors. Que des arrestations illégales, des détentions arbitraires, des séquestrations, des condamnations abusives, des actes de violence physique, des suspensions de fonctions, des éloignements professionnels, des mises à l’écart, des licenciements abusifs. Sans compter le maniement de la mort ou de la déchéance de la nationalité djiboutienne suivie d’expulsion.

En cette journée commémorative des droits de l’Homme, le cadre ARD/USN Houssein Hayssama et l’opposant Mohamed Ahmed Ebo dit Jabha croupissent sans jugement à la prison centrale de Gabode tandis que cinq jeunes opposants dont les leaders Mouhyadine Yacin Mohamed et Charmarke Saïd Darar sont arbitrairement détenus par la police.

C’est dire si la situation des droits de l’Homme est bien sombre sous ce régime. C’est dire qu’entre le discours et la pratique, qu’entre les signatures des instruments internationaux sur les droits de l’Homme et les pratiques, le fossé est immense.

Dès lors, cette année encore, la célébration des droits de l’Homme à travers le monde, retrouve notre pays dans une situation d’un autre âge : il n’y a rien à célébrer mais toujours trop à dénoncer.

Seul le changement démocratique redonnera son sens à l’idée de célébrer les droits de l’Homme à Djibouti.

Le président de l’USN
Ahmed Youssouf Houmed