Dernières éditions

L’Heure de vérité sur la gestion des affaires publiques par Ismael Omar Guelleh (partie 3 – dernier volet) (ARD, 13-12/17)

L’HEURE DE VERITE(FIN)

« De temps à autre un homme sort de l’ombre en ce monde,

    Etale sa puissance et proclame : « C’est Moi ! »

   Sa gloire vit l’espace d’un rêve fêlé,

  Déjà la mort se dresse et proclame : «  C’est Moi !»

Omar Khayyâm cité dans Samarkand

L’U.M.P. en campagne : Au lendemain du triomphe sans gloire des listes de l’U.M.P. aux dernières Régionales le secrétaire général de la Primature commentant à chaud les premiers résultats provisoires prophétise déjà, «  c’est un avant-gout de ce que sera la victoire de l’U.M.P. aux prochaines Législatives » !.

Comme en écho à ses propos et toujours pour le compte de l’U.M.P. l’hebdomadaire Jeune Afrique dans un couteux encart publicitaire, enfonce le clou : «  L’opposition n’ayant pas tiré les leçons des Présidentielles partant divisée… la victoire de l’U.M.P. aux prochaines Législatives ne fait aucun doute… ». Circulez !

Notre expérience d’opposant à cette dictature ne datant pas des dernières élections, il est temps pour un retraité de la politique (mais pas de la lutte) de tirer les leçons qui s’imposent d’un quart de siècle de combat multiforme.

Il va sans dire qu’elles n’engagent que l’auteur de ces lignes.

  • Participation aux Elections : Les deux Législatives ont été remportées haut la main la première en 2003 par l’U.A.D et la seconde en 2013, plus nettement encore par l’U.S.N. Les deux participations étaient motivées par la volonté d’appliquer l’Accord de Paix signé en 2011 et violé par le gouvernement. Les deux épais recours en annulation introduits auprès du Conseil Constitutionnel n’ont tout simplement pas été instruits. Le président du Conseil Constitutionnel en 2003 ayant fait en 2013 l’aveu public (donc officiel) de fraudes avérées à l’époque.. Notre conviction est qu’aucune alternance par les urnes n’est possible dans des élections dirigées d’amont en aval par le R.P.P.
  • Boycott : Motivé par la non transparence électorale, il a été instructif à défaut d’être productif, en ce qu’il a permis de mesurer l’audience de l’opposition auprès de l’électorat puisque les chiffres officiels de l’abstention publiés par le ministère de l’intérieur étaient à chaque élection probants.

Il a aussi révélé pour ceux qui en doutaient encore le naturel monopolisateur du R.P.P. qui en 2006 et 2017 n’a rien concédé à ses alliés et concurrents. Reprenant aussitôt  en 2012 ce qu’elle avait cédé pour quelques mois- (la gestion de la capitale) à une liste pourtant du sérail…

Enfin, surtout s’il est systématique, le boycott participe de la dépolitisation résignée du citoyen et constitue un laissez passer en fraudes…

  • Négociations: Les premières qui ont abouti à un Accord de Paix définitif le 12 mai 2001. Tout ce qui devait etre négocié par une opposition responsable l’a été durant dix-huit mois au sein de quatre commissions qui ont planché sur les causes et les conséquences d’une décennie de conflit armé et les Réformes à apporté pour prévenir son renouvellement. Tout  le monde connait la suite.. Les secondes ont duré deux années, se concluant par un Accord sur le Dialogue en 2015 mettant  fin à la plus longue et plus sanglante crise postélectorale. Les réformes qu’il prévoyait d’appliquer, les mêmes que l’Accord de Paix du 12 mai 2001, attendent encore….

De deux Accords foulés au  pied, il reste le froid constat qu’il n’y  a plus rien à négocier avec ce gouvernement si ce n’est son départ !

  • La lutte armée: est un recours que nous avons déjà épuisé contraint par une dictature légalement de parti unique bâillonnant (par la prison pour les plus chanceux, par la torture pour beaucoup..) toute liberté d’expression. Y recourir aujourd’hui serait de notre point de vue prolonger la durée de vie d’un régime agonisant. L’imposer à nouveau à un arrière-pays et ses populations  marginalisées de la pénétration coloniale à ce jour serait injuste ; les injustices et la marginalisation frappant aujourd’hui toutes les communautés et toutes les régions…Ce serait de surcroit offrir nous mêmes un terrain à des terroristes qui font suffisamment de mal ailleurs et que nous combattons tous…D’autant que « des éléments connus de nos services de renseignements.. » dixit le ministre de l’intérieur, y opère déjà semant une insécurité sporadique. Pour le compte de qui ? Seul ce pouvoir en tire un double profit. Politique d’abord : il est le seul à les revendiquer lançant à tort et à travers des accusations que personne ne prend au sérieux. Se posant à sa convenance comme victime d’une supposée déstabilisation régionale ou  comme rempart à un imaginaire complot islamiste ou extérieur. Et comme garant de la sécurité nationale et régionale. Profit commercial ensuite, ces actes de vandalismes venant à point nommé pour retarder l’avancement des travaux de la route Randa- Balho et du port de tadjourah, prolongeant ainsi le monopole des ports de la capitale  et du corridor routier Djibouti-Galafi pour l’approvisionnement de notre voisin Ethiopien. Sabotages qui font les affaires des conseil d’administration et gérants des ports de la capitale…

Ce pays qui est depuis le troisième mandat un émirat de facto a aussitôt opéré une hideuse transmutation en une société anonyme gérant tous les leviers nationaux de développement économique et la juteuse rente des présences militaires…

Notre conviction est qu’en refaire une République ne passera pas par les urnes !

Dans l’appel signé (sans être candidat) en 2013 et conviant nos concitoyens aux urnes il était bien précisé qu’il s’agissait pour nous d’offrir au peuple Djiboutien une ultime chance démocratique d’alternance pour la réalisation d’objectifs pour lesquels il a tant sacrifié. Il ne l’a saisi qu’à moitié… C’est pourquoi fidèle à cette parole et à mes convictions, je souhaite depuis lors Bon Vent à tous ceux qui chercheront à atteindre  le Changement par les urnes !.

Je serai par contre dans la foule lorsque le peuple ( il y sera tôt ou tard contraint par le R.P.P. et son chef), décidera de pacifiquement imposer les Réformes en votant debout sans craindre les forces de l’ordre qui n’ont jamais constitué sa cible.

 Un homme qui a exercé le pouvoir quatre décennies et incarnant à lui seul ce système constitue l’ultime obstacle qui s’oppose au Changement tant souhaité….

 ARD

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *