Category Archives: Communiqués

Communiqués Dernières éditions

Communiqué de presse de la LDDH

Published by:

COMMUNIQUE DU 02/01/2013

Le 30 décembre 2012, les jeunes de la ville d’Obock ont pacifiquement manifesté contre l’organisation d’une fête politico-électorale du régime.

N’acceptant pas cette manifestation pacifique de la jeunesse d’Obock, le régime dictatorial a aussitôt mis en marche la machine répressive.

Force est d’observer, face à des jeunes manifestants pacifiques, les forces de l’ordre du régime a tiré à balles réelles sur la foule, tuant un collégien de 14 ans du nom de Hafez Mohamed Hassan et blessant gravement d’autres personnes dont un se trouve actuellement dans le coma.

Par conséquent, la LDDH :

–         Condamne avec la grande fermeté l’usage aveugle de la force à l’encontre de jeunes manifestants pacifiques :

–         Dénonce  ce crime inadmissible.

–         Demande que toute la lumière soit faite sur ce crime commis par les forces de l’ordre.

–         Condamne les violations répétées des droits humains par le régime en place.

–         Interpelle la communauté nationale et internationale d’user de leur pouvoir pour faire respecter les droits de l’Homme à Djibouti.

M. ZAKARIA ABDILLAHI, Président par intérim de la LDDH

Ligue Djiboutienne des Droits Humains

Siège provisoire : Rue de Bruxelles, Djibouti tel 21 35 97 49

Communiqués Dernières éditions

Communiqué de la Coalition pour le changement et le développement

Published by:

                                                   Communiqué de presse. 

Ottawa,  2013-01-02

Suite à la mort du jeune collégien d’Obock en décembre, tue a balle réelle par les soldats du régime, nous condamnons fermement cet acte injustifié d’un régime qui tue ses propres citoyens.

Nous invitons les membres de la diaspora de démontrer leurs indignations, leur soutien moral et matériel  à cette famille endeuillée.

Nous  encourageons la jeunesse Djiboutienne de montrer leurs mécontentements par des manifestations et une  marche pacifique.

Houssein A.D. Andoleh.

Mandataire de LDDH au Canada.

Membre de la Diaspora Djiboutienne au Canada.

Porte parole de la Coalition pour le changement et le développement.

Communiqués Dernières éditions

Communiqué de l’Union Sacrée pour le Changement (USC) du 31/12/2012

Published by:

Communiqué de l’Union Sacrée pour le Changement (USC) du 31/12/2012

 

Union Sacrée pour le changement (USC)

  Djibouti, le 31 décembre 2012

Communiqué de presse

L’USC condamne la sanglante répression du 30  décembre à Obock

 La jeunesse d’Obock a manifesté pacifiquement samedi et dimanche contre l’organisation  d’une prétendue journée nationale omnisport dans leur ville privée d’infrastructures digne de ce nom et abandonnée depuis longtemps par les pouvoirs publics.

En s’obstinant à vouloir organiser le dernier évènement politico-sportif de l’année à Obock, le pouvoir Djiboutien a commis l’irréparable. La sanglante répression de dimanche après-midi contre les jeunes manifestants  d’Obock a couté la vie au collégien  Hafez Mohamed Hassan et  fait plusieurs autres blessés par balles dont certains seraient dans un état très grave.

L’USC adresse ses condoléances attristées à toute la famille Mohamed Hassan Haroun et exprime sa solidarité à toute la population d’Obock.

  • Demande l’évacuation immédiate des blessés vers les centres hospitaliers de la capitale.
  • Condamne vigoureusement l’usage aveugle de la force à l’encontre de jeunes manifestants pacifiques :
  • Exige que toute la lumière soit faite sur le drame du  30 décembre à Obock
  • S’interroge sur la capacité de ce régime liberticide d’organiser un scrutin législatif pacifique, juste et équitable.

 Pour l’U.S.C.

Ahmed Youssouf Houmed

Communiqués Dernières éditions

Compte rendu de la 21e commémoration du massacre d’Arhiba

Published by:

Compte rendu de la  21e commémoration du massacre d’Arhiba

Le mardi 18 décembre 2012 un imposant rassemblement populaire a été organisé par l’ARD au cimetière des martyrs à Arhiba de 16h à 18h.

Plusieurs centaines de Djiboutiens et Djiboutiennes venus de tous les quartiers de la capitale y ont pris part en signe de solidarité avec les familles de victimes, pour dénoncer le silence, l’impunité et exiger que justice soit rendue.

Plusieurs personnes ont tenu à s’exprimer face à la foule indignée rassemblée devant le nouveau mur d’enceinte construite par des bénévoles.

Les orateurs qui se sont succédés au micro (jeunes et vieux d’Arhiba), le président intérimaire de la LDDH, Zakaria Abdillahi, le dirigeant UDJ, Abdi Osman dit Indha Bur, ainsi que les vice-présidents et président de l’ARD ont tous condamné l’impunité officielle et exigé justice pour toutes les victimes civiles des crimes d’Etat en République de Djibouti.

La foule particulièrement nombreuse vers la fin du rassemblement s’est dispersée dans le calme à 18 heures.

La Rédaction

Djibouti, le 18 décembre 2012

Photos de la manifestation du 18 décembre 2012 à Arhiba

Communiqués Dernières éditions

Communiqué de l’ARD : appel à rassemblement devant le cimetière d’Arhiba en commémoration du massacre d’Arhiba

Published by:

Communiqué de l’ARD : appel à rassemblement devant le cimetière d’Arhiba en commémoration du massacre d’Arhiba

ALLIANCE REPUBLICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT

Alliance Républicaine

pour le Développement                                                    Djibouti, le 17 décembre 2012

      ARD

         Communiqué

A l’occasion du triste anniversaire  du massacre  perpétré à Arhiba par les troupes gouvernementales le mercredi 18 décembre 1991, l’Alliance Républicaine pour le Développement (ARD) organise ce mardi 18 décembre un rassemblement en souvenir de toutes les victimes civiles des exécutions extra-judiciaires en république de Djibouti.

Tous les Djiboutiens et djiboutiennes épris de paix et de justice sont attendus pour cette commémoration qui se tiendra au cimetière des martyrs à Arhiba à partir de 15h.

Ce rassemblement unitaire et fraternel à Arhiba sera la meilleure façon de rendre hommage au travail de tous les bénévoles qui ont financé et construit le mur d’enceinte du cimetière édifié il y a 21 ans sur le lieu du massacre.

Le Pouvoir Djiboutien amnésique doit savoir que la lutte contre l’impunité  prime sur toute autre gesticulation moralisatrice.

Le président de l’ARD

Ahmed Youssouf Houmed

Communiqués Dernières éditions

Communiqué de l’ARD – Tadjourah, Le développement n’arrive pas à bon port

Published by:

Communiqué de l’ARD – Tadjourah, Le développement n’arrive pas à bon port

ALLIANCE REPUBLICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT

Alliance Républicaine

pour le Développement                                                                     Djibouti, le 11 décembre 2012

      ARD


 Communiqué

Tadjourah : Le développement n’arrive pas à bon port !

Hasard du calendrier ou inauguration électoraliste ? demain 12 décembre est prévue la cérémonie de pose de la première pierre du futur port de Tadjourah,  l’occasion pour nous membres de l’Alliance Républicaine pour le Développement ( ARD ) de rappeler qu’en Juillet dernier, une manifestation pacifique de jeunes chômeurs protestant contre la discrimination à l’embauche avait  été brutalement réprimée dans la ville blanche.

 En guise de réponse au désarroi de cette jeunesse inquiète pour son avenir, le régime dictatorial avait incarcéré une centaine de ces manifestants, intimidé leurs parents et vainement tenté de dresser entre elles les autorités traditionnelles du Sultanat de Tadjourah.

Peine perdue ! Six mois après, le mouvement des jeunes chômeurs ne s’essouffle pas, résistant toujours aux multiples intimidations et corruption. Cette dernière pratique érigée en méthode de gouvernement n’arrivera pas à bon port à Tadjourah. Tout comme elle ne disparaîtra pas  des mœurs politiques sous ce régime malgré les incantations du séminaire de cette semaine à l’hôtel  Kempeski.

Après  la mystification historique du premier projet de modernisation du port de Tadjourah  (en réalité quai à boutres) lancé en 2000  qui n’a créé aucun emploi, et  le refus officiel de réhabiliter les zones affectées par le conflit civil consécutif à la violation de l’accord de paix du 12 mai 2001 :

 L’ARD interpelle les grandes puissances démocratiques et autres partenaires au développement de notre pays, sur la viabilité d’un  projet de développement dont les  populations locales seraient exclues. 

Le sécrétraire genéral

Kassim Ali Dini